Contactez-nous
back to top

Florent Morin crée des mondes virtuels

florent morin

Sa démonstration de lunettes virtuelles permettant de découvrir un paysage du Marais Poitevin durant le dernier salon de l’habitat a fait fureur. Originaire du Bressuirais, c’est à Niort que Florent Morin a décidé d’installer son entreprise et de développer ses projets numériques. Son truc : avoir toujours un temps d’avance. « Que ce soit dans ma scolarité ou dans ma vie professionnelle, je me suis toujours senti en décalage par rapport à mon environnement, explique-t-il. Etre mon propre patron a été une évidence depuis le jour où j’ai touché un ordinateur, à 12 ans. » Il en a 30 aujourd’hui, et déjà une expérience significative.

Avec pour bagage un BTS Informatique de gestion et une Licence Pro Création multimédia assortis de 2 années salariées dans une entreprise niortaise, il crée son entreprise en 2008, Kaeli Soft. Si quelques problèmes organisationnels ont marqué des débuts difficiles, le talent est déjà au rendez-vous. « A l’époque, j’étais l’un des seuls à pressentir l’intérêt des applications pour smartphones. J’en ai créé une pour une radio nationale qui s’est classée première des téléchargements dans l’App Store. »

L’innovation au cœur de mon métier

Il travaille aujourd’hui sur toutes ces technologies nouvelles que l’on réunit sous le vocable de « réalité virtuelle » : la technologie Kinect pour interagir dans l’espace (utilisée pour la console de jeu Xbox par exemple), la réalité augmentée qui affiche des éléments virtuels dans un contexte réel, le miroir virtuel qui crée un avatar vous imitant en temps réel, les technologies embarquées, et bientôt des Hololens, casques qui créeront des hologrammes. Et puis, bien sûr, des sites internet et des jeux vidéo : serious games (au contenu pédagogique) et advergames (objectif publicitaire).

« Pour réussir dans ce domaine, il faut être à l’affût de toutes les tendances, sensible à l’air du temps, deviner ce qui va fonctionner, ce qui va plaire. Je suis actuellement une formation sur internet, en direct des Etats-Unis, de 18h à 2h du matin. Il faut rester à la pointe de ce qui se prépare pour pouvoir imaginer ce qui fonctionnera demain, » expose-t-il.
Son ancrage dans le monde réel, tellement nécessaire, il l’a trouvé à la Jeune Chambre Économique dont il est le président de la Fédération régionale pour 1 an. « Adhérent depuis 2008, j’y ai appris, dans un cadre bienveillant, à gérer mon image, ma communication – ce qui n’était pas mon point fort. Au-delà de ce qu’on y apprend dans les 72 modules de formation proposés, on développe des compétences et on se réalise personnellement en menant à bien des projets à portée sociétale.»

Cet engagement citoyen basé sur l’entraide, c’est un peu le terreau du Niortais. Ici, il sent une vraie volonté de toutes les entreprises de travailler « local ». « Il y a un gros potentiel de start-up qui gravitent autour des Mutuelles, qui sont dans des démarches innovantes. Il ne manque pas grand-chose pour que ce territoire se distingue vraiment. Peut-être un tout petit peu plus d’audace… » conclut-il. 

www.morin-innovation.com

Crédit photo : Sébastien Laval